Gallucha : Le sac à main se connecte et fait sa révolution

Gallucha, marque de maroquinerie créée en 2011 par Valérie Mannarelli, lance une première mondiale… à Rixheim : un sac à main intelligent, connecté à son contenu, pour ne rien oublier. Il sera commercialisé à partir du mois de juillet.

Article réalisé par Sandrine Bavard en avril 2016.

Derrière la marque Gallucha se cache une femme : Valérie Mannarelli, qui a quitté Paris pour s’installer en Alsace à Rixheim et monter sa petite entreprise. « Mes parents étaient maroquiniers, donc j’ai toujours évolué dans le monde du cuir et la mode a toujours eu une grande importance pour moi. Comme je côtoyais le monde du cheval, j’ai voulu fabriquer des sacs en cuir sellier, des cuirs de très grande qualité qui deviennent plus beaux au fil du temps, à des prix tout en douceur par rapport à d’autres marques », raconte Valérie Mannarelli. En six ans d’existence, la marque s’est taillée sa petite notoriété, mais reste confidentielle, avec pour l’instant une vingtaine de points de vente en France et l’objectif d’en ouvrir une trentaine d’autres, en confiant la distribution à la marque de bagagerie Jump à Molsheim.

Pour rester dans une gamme de prix accessible pour du haut-de-gamme, avec des prix oscillant entre 350 et 450€, ces sacs sont fabriqués en Inde, « dans une usine modèle où le patron prend soin de ses salariés, bien loin de l’image que l’on peut avoir ici des usines indiennes », clame la gérante. À l’heure du cheap et du jetable, la marque fait le pari inverse : « On veut proposer des sacs raffinés et intemporels que l’on peut ressortir selon ses envies, sans qu’il soit passé de mode. Vous savez, il n’y a rien de plus cher que le pas cher : quand on achète un sac à 30 euros, on le garde 6 mois et on le jette. Les nôtres, on peut les garder toute une vie », vante la gérante.

Innover sur un marché atomisé

Mais faire des beaux sacs ne suffit pas sur un « marché atomisé » comme le dit Valérie Mannarelli. Pour se démarquer, l’entrepreneuse a décidé d’innover. L’entreprise a développé en 2015 un système Total Protect pour les porte-cartes et portefeuilles pour bloquer les fréquences RFID des puces sans contact et protéger ainsi ses données personnelles contenues par exemple dans sa carte bancaire ou son passeport.

Continuant sur sa lancée de l’innovation technologique, Gallucha propose désormais un sac à main intelligent : « Le sac à main est aujourd’hui un accessoire de mode. Mais depuis des siècles, il a une utilité. On s’est posé la question de ce que l’on pouvait apporter de plus à cet outil pour qu’il soit encore plus performant demain et qu’il soit en phase avec son époque ? Et pour nous, la réponse, c’est le sac à main connecté ». L’entreprise a mis deux ans pour développer avec un ingénieur suisse et une start-up nancéenne un boîtier autonome à placer dans son sac à main que l’on peut connecter à divers objets (clés, portefeuille, médicaments…) via des stickers équipés d’un QR code et une application à télécharger sur iOS et Android. « On sait en temps réel ce que contient son sac. On peut programmer ce qu’on va mettre dans son sac si on doit partir en déplacement ou en vacances, ce qui apporte un vrai confort et de la sérénité. On peut protéger ce qu’il y a dans son sac via le mode coffre-fort et on reçoit une alerte en cas de vol sur son téléphone, la seule chose qu’on garde en permanence sur soi aujourd’hui. »

Ce sac connecté et intelligent, qui a reçu le Trophée Cap’Tronic en 2016, pourrait être un levier de croissance formidable pour l’entreprise. « Comme le boîtier est autonome, il peut équiper une mallette d’une infirmière libérale pour s’assurer qu’elle a tout son matériel, d’un sportif qui serait bien embêté d’oublier ses serviettes ou ses balles… Ce système, dont nous détenons le brevet, ouvre des perspectives énormes ». Et dans des domaines que l’entrepreneuse elle-même ne soupçonnait pas : « J’ai rencontré des professionnels du nucléaire qui étaient très intéressés par notre concept. Le personnel qui répare des réacteurs nucléaires part en mission avec une banane autour de la taille avec leurs outils à l’intérieur et il doit être certain de ressortir avec. Notre système permettrait de doubler la sécurité .» Le prototype est sorti en avril et a été présenté à des acheteurs du monde entier. Les 100 premiers sacs connectés seront vendus à partir du mois de juillet pour une production plus large prévue en septembre. Le boîtier, seul, devrait être vendu autour de 190€ : « On est au tout début d’une aventure qui n’a pas de comparaison, car c’est une première mondiale ! C’est un produit qui suscite beaucoup d’intérêt et les gens sont impatients de le découvrir : peut-être ce sera le cadeau de Noël de
cette année ? »

-> Gallucha, 9 rue des Alpes à Rixheim

Lire l’article sur jds.fr

Category
Tags

Comments are closed